Nedjma * à ** de Kateb Yacine (1956)

Publié le par S.L.

 

NedjmaQuatre jeunes gens, Mustapha, Rachid, Mourad et Lakhdar, travaillent comme manœuvres sur un chantier. Lorsque leur patron, M. Ernest, frappe Lakhdar, celui-ci lui rend son coup et part en prison. S’ensuit la fuite des garçons de ce village de l’Algérie française. Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Et que représente pour eux cette Nedjma qui semble les fasciner ? 

 


Tragédie familiale dans l’Algérie orientale des années 50, Nedjma laisse s’exprimer la poésie de l’une des premières voix algériennes d’expression française. Lyrique et violente à la fois, cette voix chante l’amour de ces quatre jeunes gens pour Nedjma, intouchable pour ces descendants de la même tribu, la métisse qui, comme eux, n’a jamais vraiment connu ni son père ni sa mère, Française, qui fut convoitée, séduite, enlevée et aimée par les pères des quatre garçons. Cyclique, l’intrigue finit par là où elle a commencé, retraçant tour à tour les chemins des quatre jeunes Algériens, qui les mènent inéluctablement vers l’éblouissante Nedjma. La guerre d’Algérie commence à peine avec le premier massacre de Sétif, mais déjà on sent sourdre la révolte chez ces jeunes gens que dominent les colons.


Nedjma-lieuTantôt s’étirant en de longues diatribes poétiques, tantôt s’écorchant en de courtes phrases, la langue de Kateb Yacine nécessite attention et réceptivité, tout comme son intrigue familiale complexe. Pilier de la littérature algérienne contemporaine, ce roman, par cette richesse et complexité, exige une lecture confirmée. 


YACINE, Kateb. – Nedjma. – Seuil, 2008. – 274 p.. – (Points ; P247). - ISBN 978-2-02-028947-4 : 7 euros.


Emprunté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gangoueus 11/05/2011 19:41



Commentaire très intéressant. C'est une lecture que je souhaite faire, mais, en jetant un coup d'oeil sur le contenu, j'ai compris que c'est une lecture qui exige de la disponibilité. C'est une
plongée que je ferai dans cet état d'esprit. Merci pour ce billet.



alain 27/08/2010 22:05



Je l'ai lu avec beaucoup de plaisir il y a très longtemps.



Laurence 27/08/2010 20:05



C'est un roman qui m'avait profondément bouleversé à sa lecture. C'était il y a plus de 15 ans mas j'en garde encore des souvenirs précis. La langue de Kateb Yacine et la construction de son
roman peuvent paraître déconcertants pour nous occidentaux puisqu'il a conservé la tradition narrative de son pays, en ellipse et non linéaire. Mais il n'empêche que c'est un très beau roman. Et
d'ailleurs, as-tu aimé ? je n'arrive pas vraiment à savoir en lisant ton billet...



S.L. 01/09/2010 20:33



Je suis en effet d'accord avec ton analyse du roman, mais effectivement je n'ai pas ressenti l'émotion que tu décris à sa lecture. Un beau roman, certes, mais qui ne m'a pas tant touchée.



Marc 27/08/2010 15:43



Intéressant article! Me reste à découvrir ce roman.



S.L. 01/09/2010 20:34



Merci. Les deux autres commentaires sont enthousiastes sur ce roman.