L'île enchantée **/Eduardo Mendoza (Espagne, 1989)

Publié le par S.L.

MendozaLa Isla inaudita (1989)

 

"Une gondole les déposa au pied d'un escalier raide aux marches recouvertes d'une mousse veloutée qui le rendait très glissant. Du mur latéral pendait un anneau, bruni par la rouille. L'endroit, situé dans la courbe d'un canal étroit où les rayons de soleil ne pénétraient jamais, avait quelque chose de lugubre. L'eau était couleur de plomb et sentait le mollusque mort, le poisson et le goudron." (p. 98)


Divorcé avec un enfant, à la tête d'une entreprise sur le bord de la faillite, Fabregas choisit de prendre la poudre d'escampette, histoire de changer d'air. Après une escale à Paris il finit par atterrir à Venise. Cette escapade se transforme bientôt en un séjour prolongé de semaines en mois, lorsqu'il fait la connaissance d'une jeune fille mystérieuse, demeurant dans un palais délabré...


Eduardo Mendoza nous relate moins ici une intrigue qu'il ne nous livre sa vision d'une ville envoûtante. Du coup ses personnages sont comme gagnés par cette indolence maladive de cette ville silencieuse ou par la réputation sulfureuse de ce lieu de libertinage. Anecdotes, histoires et mythes sur Venise émaillent ainsi son récit.  Mais à ces ingrédients authentiques qui nous permettent de mieux appréhender l'Histoire de Venise et sa petite histoire, il ajoute aussi sa popre vision  d'une cité tantôt dangereuse tantôt décadente, contribuant par là à donner de la Sérénissime une image plus fantasmée et inquiétante que réelle.


Mendoza, Eduardo. L'île enchantée. SEUIL, 1993. 300 p.. Points (Paris). ISBN 978-2-02-037543-6, ISSN 0768-0481

Publié dans Littérature espagnole

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article