Chroniques algériennes : 1939-1958 **/CAMUS (1958)

Publié le par S.L.

CAMchro"Ce livre est l'histoire d'un échec, celui de n'avoir pas réussi à désintoxiquer les esprits.", annonce Albert Camus dans son avant-propos. On est en effet en pleine guerre, à la date de parution de ce recueil d'articles et de textes choisis sur l'Algérie, depuis 1939 jusqu'en mars-avril 1958. Tout ce que Camus a pu dénoncer dès 1939, toutes ses mises en garde, toutes ses propositions n'ont pas été écoutées.

Alors que l'Algérie française ne préoccupe encore personne, lui qui est né là-bas observe et condamne la famine, la misère, les souffrances qu'endurent les Kabyles : la Kabylie a trop d'habitants et pas assez de blé, cet aliment de base qu'il leur faut payer au prix fort, sa production de figues et d'olives est aléatoire et bien trop faible. Certes, la France procède à une distribution de blé à ses yeux massive, mais elle reste inégale, improductive et insuffisante, et les habitants doivent se résoudre à se nourrir de tiges de chardon et de racines. Bien sûr, travailler serait la solution, mais les salaires sont insultants, la durée légale d'une journée de travail est doublée, et le nombre de demandes est tel qu'on n'embauche pas les hommes sur la durée. De fait, l'offre s'apparente plus à de l'esclavagisme. Et Albert Camus de conclure que "ce n'est pas en distribuant du grain qu'on sauvera la Kabylie de la faim, mais en résorbant le chômage et en contrôlant les salaires."
Par ailleurs, le pays manque cruellement d'écoles, surtout d'écoles de filles, pour instruire la population. On construit peu d'écoles, mais des écoles semblables à des palais, incapables de répondre en nombre aux besoins.

Bien avant  les années 50, Camus décrit ainsi la misère de la Kabylie, ses causes et ses remèdes, sans qu'en France personne ne l'écoute. Il propose de faire de la Kabylie une petite république fédérative.
Il dénonce dans ses articles parus dans Combat en mai 1945 la crise économique et politique sans précédent que connait alors l'Algérie.

Enfin, il explique à quel point les Algériens ont pu être déçus par la France, eux qui désiraient devenir des citoyens français mais en ont perdu jusqu'à l'espérance, jusqu'au désir. Ferhat Abbas a ainsi tourné le dos à une politique d'assimilation, qu'il a attendue trop longtemps, pour revendiquer la reconnaissance d'une nation algérienne. Camus énumère les quatre points légitimes dans la revendication arabe - les abus du colonialisme ; le mensonge répété de l'assimilation toujours proposée, jamais réalisée ; l'injustice évidente de la répartition agraire et de la distribution du revenu ; la souffrance psychologique et le sentiment d'humiliation -, puis ce qu'il peut y avoir d'illégitime (ex. : la perte totale de confiance dans toute solution politique garantie par la France ; le romantisme des jeunes insurgés).
 
En face, il y a un million de Français d'Algérie installés depuis un siècle, il y a certes des colons, mais surtout, et à 80 %, des commerçants et des salariés, dont le niveau de vie est inférieur à celui de la métropole mais supérieur à celui des Arabes.

Camus préfère à une guerre de destruction un simple divorce armé qui pourrait amener un jugement de réconcilation. Il propose
alors que les deux parties s'engagent publiquement à ne pas toucher aux populations civiles. Pour lui, les représailles contre les populations civiles et les pratiques de torture sont injustifiables.

"Comment s'indigner des massacres des prisonniers français si l'on accepte que des Arabes soient fusillés sans jugement ?" (p. 157)

Le rôle des intellectuels ne peut être (...) d'excuser de loin l'une des violences et de condamner l'autre, ce qui a pour double effet d'indigner jusqu'à la fureur le violent condamné et d'encourager à plus de violence le violent innocenté
." (p. 18)   

Un discours simple et pragmatique, frappant d'évidences, lesquelles hélas ne l'étaient pas à l'époque. Un message fort, qui reste toujours d'actualité pour d'autres conflits.


CAMUS, Albert. - Chroniques algériennes : 1939-1958. - Gallimard, 2009. - 212 p. : couv. ill.. - (Folio essais ; 400). - ISBN 978-2-07-042272-2 : 8 €.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bénédicte 17/02/2010 08:08


je ne l'ai pas lu mais ton article m'en donne l'envie Bonne journée


alain 31/01/2010 21:27


Je n'ai pas lu mais j'aime ce que dit Camus.