Vipère au poing **/ Hervé Bazin

Publié le par Essel

relecture de
Vipère au poing


Qui ne connaît pas le sobriquet de Folcoche donné à cette mère sans aucune tendresse, trouvant dans les principes de l'éducation religieuse et aristocratique, dans l'avarice, les moyens d'accabler ses fils de sa haine ? On aura certes oublier le père, M. Rezeau, lui ayant cédé son autorité, se réfugiant dans l'étude de ses insectes, trop lâche, et les précepteurs les plus sévères de l'ordre qui se succéderont à la tâche. Dans La Belle Angerie, Jean, dit Brasse-Bouillon, son aîné Frédie, dit Chiffe, et son cadet Marcel, dit Cropette, perdent ainsi les plus belles années de leur enfance à craindre la perfidie de ce bourreau sans coeur. Ils en deviendront méfiants, calculateurs et haineux, songeant au matricide.

C'est un classique que j'ai dû lire en classe de troisième, sur le thème de la maltraitance. Je l'ai relu avec plaisir, retrouvant ce phrasé simple mais fleurant bon les années d'enfance de nos grands-parents (les miens ayant fait partie de ce peuple dédaigné par les Rezeau), et ce délicieux humour au vitriol du jeune narrateur. Le caractère odieux de cette marâtre haineuse avec ses propres enfants ne fait nul doute, et, c
omme la vipère, Folcoche étrangle ses enfants dans un espace de plus en plus restreint pour les étouffer, les pique de sa fourchette et décharge son venin quand ils s'y attendent le moins. Mais la vipère, elle, n'attaque que pour se défendre... C'est en cela qu'on distingue le seul plaisir que tire cette femme dans la vie, en exploitant sa domination hiérarchique, et il porte un nom : le sadisme.  

185 p.

Publié dans Classiques français

Commenter cet article

Benjamin 28/10/2008 23:43

J'ai également beaucoup apprécié ce livre que je viens de terminer ce soir. Je me réjouis de retrouver Jean Rezeau dans la suite de ce roman "La mort du petit cheval".

clochette 06/01/2007 13:19

Quelle bonne idée que cette relecture ! Cela me rappelle ma "jeunesse", époque à laquelle j'ai lu tout Bazin. J'avais du commencer par "Vipère au poing" d'ailleurs. Je me souviens comme si c'était hier de la scène de la gifle que Folcoche donne à ses enfants sur le quai de la gare alors qu'elle ne les a pas vus depuis des années.

jos du livrophile 04/01/2007 20:39

oui, un classique à la méchanceté bien savoureuse :) un de mes meilleurs souvenirs de lecture scolaire... je n'ai absolument pas retrouvé la saveur de ce roman dans la dernière adaptation ciné avec villeret, en revanche.

beatrix delarue 04/01/2007 14:41

Je l'ai lu il y a longtemps mais je m'enr appelle encore..il est très bien et de temps en temps un peu de classique ne fait pas de mal..il y a des livres que je ne connais pas sur ton blog..je vais essayer d'en lire quelques uns quandj'aurai le temps..à bientôt.

beatrix delarue 04/01/2007 14:40

Je l'ai lu il y a longtemps mais je m'en rappelle encore..il est très bien et de temps en temps un peu de classique ne fait pas de mal..il y a des livres que je ne connais pas sur ton blog..je vais essayer d'en lire quelques uns quand j'aurai le temps..ç bientôt.