Les autres *** / Alice FERNEY

Publié le par S.L.

Dix personnages en quête d'autrui ?
Ou en quête d'eux-mêmes ?

Au cours de la soirée des 20 ans de Théo, son frère aîné, Niels, lui offre un jeu de société singulier, portant la recommandation "Personnes susceptibles s'abstenir" : il s'agit de tirer une question très personnelle sur soi ou sur les autres participants, d'y répondre en secret, puis de choisir la personne la plus apte à choisir, sans le savoir, la même réponse. Les convives acceptent de jouer, non sans ressentir un certain malaise, chacun ayant peur de souffrir, de faire souffrir, ou de devoir divulguer un lourd secret. Ils n'ont pas tort...

Ce sixième roman d'Alice Ferney n'en est pas vraiment un, tout du moins sur le point formel. Car elle a cherché à épouser l'idée de son rapport à autrui par sa construction narrative. Ce roman s'ouvre donc sur la présentation des cinq membres de la famille de Théo et de ses cinq amis, chacun d'entre eux ressentant cette expérience et ces révélations sous la forme d'un monologue intérieur,de "choses pensées", comme pour mieux souligner cette solitude de chacun, même accompagné, même entouré. Dans la seconde et la troisième partie, il s'agit toujours de la même soirée, sauf qu'il ne s'agit que des "choses dites" puis des "choses rapportées". Ce sont donc trois exercices de style bien différents, pour rendre compte d'une même réalité, la première perçue de l'intérieur, la seconde tout en dialogues ce que chacun donne à entendre de lui-même, la troisième celle du narrateur, qui plante le décor, les personnages et l'action, dans un langage poétique et extradiégétique. Evidemment,  il s'agissait pour elle de relever un véritable défi, celui de ne pas se répéter ni de nous ennuyer, car forcément il s'agit trois fois de la même soirée. Or, précisément, les trois concourent à nous donner une vision complète de cet anniversaire, forcément parcellaire sinon, et dévoilent plus ou moins chaque personnage.

Voilà donc une initiative formelle particulièrement réussie se prêtant à un thème, celui de l'incommunicabilité avec autrui, que j'affectionne particulièrement. Incontournable en cette rentrée littéraire.

FERNEY, Alice. - Les autres. - Actes sud, 2006. - 531 p.. - ISBN : 2-7427-6258-2 : 21,80 €.

Autre article sur : http://www.zone-litteraire.com/actu.php?art_id=1108

n.b. du 08/10/2006 : J'ai été un peu déçue de découvrir que le jeu de société évoqué par Alice Ferney existe bel et bien, et qu'elle n'a donc pas eu le mérite d'inventer ces questions tordues. Il s'agit de "Caractère".

P.S. : Rencontrée pour la 3e fois lors d'une dédicace au Salon du livre de Paris 2008.

Commenter cet article

essel 29/10/2006 09:45

Je pensais bel et bien qu'Alice Ferney avait eu l'idée géniale de ce jeu perturbateur, qu'il faisait partie lui aussi de la fiction, qu'il avait été créé par elle. Or le jeu existe bel et bien, si bien que finalement, elle n'a fait qu'imaginer les conséquences à y jouer, ce qui n'est déjà pas si mal, car le fait de dévoiler les pensées, les paroles puis le contexte en trois fois est vraiment original.

Anne-Sophie 29/10/2006 09:36

Bonjour,j'aime beaucoup le commentaire de ce roman dont on a beaucoup parlé en septembre. Je ne l'ai pas lu mais la subtilité de ceb récit complexe me donne envie. En revanche je n'ai pas compris à quoi tu faisais référence en copnclusion sur sa source d'inspiration...Au plaisir de te relire

clochette 28/10/2006 18:35

Je l'ai fini, j'ai adoré et je viens de le chroniquer sur mon blog.
Merci car c'est un peu grâce à toi que je l'ai acheté.
A bientôt.

clochette 18/09/2006 21:31

Ta critique donne vraiment envie. D'Alice Ferney, j'avais vraiment beaucoup aimé "La conversation amoureuse".
Bonne rentrée littéraire et scolaire !

Anne 13/09/2006 15:45

J'ai dévoré toute la bibliographie d'Alice Ferney, ce n'est pas avec ce genre d'avis que je m'arrêterais!