Chronique d'une mort annoncée ***

Publié le par S.L.

Chronique d'une mort annoncée / Gabriel Garcia Marquez

traduit de l'espagnol (Colombie) par Claude Couffon


Le lecteur comme d'ailleurs tout le village sait dès la première ligne du roman que Santiago Nasar va être abattu ce jour-là. Pourquoi ? Pourquoi voulait-on le tuer ? Le fil de l'histoire nous l'apprendra à sa moitié. Pourquoi personne alors n'empêcha le crime ? C'est là une autre affaire, chacun ayant sous-estimé la nouvelle... ou volontairement étouffée.
Ayant savamment orchestré un suspens à la Sergio Leone dans un autre genre, Gabriel Garcia Marquez prend son temps pour nous dépeindre longuement l'atmosphère de ce village et l'inertie de ses habitants, afin de mieux nous faire saisir la tragédie de cet innocent qu'on laisse mourir, faute de... Une lecture puissante de ce titre repris au point d'en être devenu une expression depuis. Incontournable.

Commenter cet article

Laurence 07/08/2006 09:11

Tiens, c'est drôle, je viens de lire un billet sur le même livre chez Frisette. Décidément "chronique d'une mort annoncée" aura eu beaucoup de lectrices/bloggueuses cet été puisque je l'ai également lu il y a 15 jours. :) Une tragédie du 20ème siècle.

Safran 05/08/2006 15:33

Tu vas te régaler avec 100 ans de solitude, c'est un livre qui m'a d'autant plus poursuivi que je suis d'origine sud-américaine et que ça m'a rappelée certaines histoires familiales. Sinon, j'ai acheté pour les vacances, la saveur du monde de le breton que j'avais repréré sur ton blog et qui avait l'air bien intéressant. @+

clarinette 29/07/2006 16:33

Je n'ai pas lu celui-ci, mais j'ai ADORE Cent ans de solitude que tu es en train de lire et qui reste un de mes livres préférés.