Un clandestin aux Paradis */Vincent Karle

Publié le par S.L.

Au début Zaher, Matéo l'appelait le Taliban, en rigolant avec les autres, parce qu'il venait de l'Afghanistan.

"L'Afghanistan, c'est les potes à Ben Laden qui ont fait sauter les tours à New-York, alors nous on se méfiait, quoi, c'est normal. Je l'ai surnommé le Taliban. C'est un mot qu'on entend tout le temps à la télé." (p. 8)

Et puis, peu à peu, ils ont appris à se connaître et sont devenus amis, jusqu'au jour où le chien de la brigade des stups, laquelle fait une descente en plein cours, vient renifler Matéo puis le pull de Zaher près duquel il a fumé. Tous deux sont alors emmenés pour être fouillés et interrogés...

Un récit engagé qui se veut le reflet d'un témoignage révoltant, celui d'un adolescent écoeuré par le sort réservé à son ami, réfugié politique
sans-papier. Mission réussie.

KARLE, Vincent. - Un clandestin aux Paradis. - Arles : Actes sud junior, 2009. - 91 p.. ; 18*11 cm. - (D'une seule voix). - ISBN 978-2-7427-8363-2 : 7,80 €.

Publié dans Littérature jeunesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 23/05/2009 11:39

Ce récit a l'air d'une photo de notre société en ce moment : l'intolérance et la peur engendrent une société policière et répressive qui broie les personnes les plus fragiles. Je note cette référence dans ma LAL...

S.L. 25/05/2009 17:05


J'ajouterais l'ignorance aussi, les préjugés faciles.