Les hirondelles de Kaboul ***/Yasmina Khadra

Publié le par S.L.

Dans un Kaboul caniculaire où les talibans épient le moindre manquement aux lois établies, deux couples se déchirent. Tandis qu'Atiq, geôlier, fuit le domicile conjugal où son épouse Mussarat dépérit d'une maladie incurable, Zunaira, belle et brillante, interdite d'exercer son métier d'avocate, ne reconnait plus son mari, Mohsen, et ne se reconnait plus elle-même, emprisonnée sous son tchadri, à qui on a retiré toute liberté et toute dignité...

"Depuis cette altercation dans la rue de Kaboul, il ne distingue plus le jour de la nuit. Quelque chose d'irréversible a sanctionné cette maudite sortie. Si seulement il avait écouté sa femme ! Comment a-t-il pu croire que les promenades d'amour étaient encore possibles dans une ville aux allures de mouroir, infestée d'énergumènes rébarbatifs portant dans le regard la noirceur de la nuit des temps ?" (p. 121)

C'est une magnifique oraison funèbre que ce roman, celle de la liberté, de l'amour et de la vie, confisqués par l'extrémisme religieux, tout comme un hommage rendu à toutes ces femmes dont on bâillonne l'identité et la valeur, à la Femme et à leur Amour. Un miroir sans concession d'une situation intolérable. Lire Les Hirondelles de Kaboul suffit à faire naître un sourd sentiment de révolte. Quand la puissance d'évocation de la fiction devient plus forte et plus dure que tous les essais et documentaires... 

Commenter cet article

Theoma 27/04/2009 09:38

J'ai bcp aimé également. J'y pense encore.

Marie 26/04/2009 18:22

J'ai lu ce livre. J'ai eu mal aux tripes pendant un bon moment en voyant les dégats du racisme envers les femmes... D'ailleurs on s'aperçoit que les hommes aussi souffrent de l'extrêmisme, leur personnalité en est profondément défigurée.