Le silence de Mahomet / Salim Bachi

Publié le par S.L.

RENTRÉE LITTÉRAIRE 2008
SELECTION GONCOURT


"Sur Mekka, le silence s'appesantissait, lourd comme une couverture noire. Nous mangions parfois des dattes et nous buvions du lait. C'était avant le Message, bien avant l'hégire, je ne me souviens plus très bien. Mohammad venait d'avoir des enfants et de perdre un fils ; il avait trente ans comme le Messie, qui mourut bien jeune si l'on mesure l'existence d'un homme au nombre d'années passées sur cette terre. Une vie dépend beaucoup de son accomplissement et non de sa durée. Si les rêves d'un être se réalisent tous, alors celui-ci aura vécu mille fois plus qu'un autre. Pour peu que ces songes fussent beaux et grands, il perdurera jusqu'à la fin des temps dans la mémoire des hommes." (p. 110-111)

Il s'agit de la vie de Mahomet (Mohammad) relatée tour à tour par quatre témoins très proches de lui : par Khadija d'abord, sa première femme, puis par son meilleur ami, le calife Abou Bakr, par le général Khalid ensuite, et enfin par la jeune et impertinente Aïcha, devenue son épouse à l'âge de neuf ans.

Pourquoi avoir sélectionné ce "roman" dans la liste du Goncourt ? C'est une biographie, bien écrite certes, avec des points de vue différents, mais cela reste l'histoire du prophète. En l'occurence, je n'ai guère trouvé d'intérêt à la lecture de ce livre, si ce n'est l'humanité rendue au personnage principal et la fraîcheur toute lucide de la jeune épousée de la dernière partie, ainsi cette anecdote sur Mahomet, jaloux des regards d' hommes portés sur une autre nouvelle épouse, qui demanda à ses femmes de porter le voile, ce en quoi, sans l'avoir demandé, il fut imité par tous  :

"La nuit même, Mohammad reçut l'appel de Dieu ; et, depuis, nous fûmes contraintes de porter un voile devant les hommes qui n'étaient pas de notre famille proche." (p. 279-280)

BACHI, Salim. - Le silence de Mahomet. – Gallimard, 2008. –  349 p.. – ISBN 978-2-078483-7 : 20 €.

Commenter cet article