Où on va, papa ? */ Jean-Louis Fournier (2008)

Publié le par S.L.

RENTRÉE LITTÉRAIRE 2008
SELECTION GONCOURT

Etre père de deux enfants handicapés, qu'est-ce que c'est ? Inimaginable ? C'est pourtant le lot du narrateur qui adopte un humour forcément noir pour énumérer toutes les peines et tous les plaisirs qu'il ne vivra jamais avec eux, que ces enfants pas comme les autres ne vivront jamais.

"Cher Mathieu,
Cher Thomas,

Quand vous étiez petits, j'ai eu quelquefois la tentation, à Noël, de vous offrir un livre, un Tintin par exemple. On aurait pu en parler ensemble après. Je connais bien Tintin, je les ai lus tous plusieurs fois.
Je ne l'ai jamais fait, ce n'était pas la peine, vous ne saviez pas lire. Vous ne saurez jamais lire. Jusqu'à la fin, vos cadeaux de Noël seront des cubes ou des petites voitures..." (incipt)


En quelques paragraphes, une page, deux pages, guère davantage fusent des souvenirs,  des impressions, des constats tour à tour amers, lucides, cyniques, désabusés. En quelques phrases simples, sur un ton faussement désinvolte, le narrateur évoque un sujet tabou : celui du quotidien d'un père avec deux fils handicapés. Une tuile ? Le mot est faible. Un premier enfant, c'est la faute à pas de chance, un deuxième, le sort s'acharne. "Que celui qui n'a jamais redouté de donner le jour à un enfant handicapé lève la main ! " Fait-il à un moment. Personne ne la lève. Et pourtant, le narrateur va être secoué d'un grand rire, un rire qui s'étrangle, un rire de désespoir. Mais le lecteur rit-il seulement, même jaune ? Pas forcément. Est-il touché par ce narrateur, ami de Pierre Desproges, qui se moque de lui-même et de ses enfants, pour ne pas en pleurer ? Pas sûr. On  est ému par l'incipit, on lit ce court roman d'une traite, mais sans en être vraiment remué. Aucune émotion ne sourd. Suis-je donc insensible ?
Ce ne sera en tout cas pas, selon moi, notre prochain Goncourt. En revanche, les lycéens ont l'air de beaucoup l'apprécier.



Temps de lecture : 40 minutes environ
FOURNIER, Jean-Louis. - Où on va papa ?. – Stock, 2008. –  154 p.. – ISBN 978-2-234-06117-0 : 15 €.


Commenter cet article

myriam 20/09/2008 22:26

meme si ces enfants sont diferents ,ils nous apportent beaucoup d'amour

S.L. 21/09/2008 11:10


Oui, mais cela ne transparait pas dans ce roman. L'émotion ne sourd pas.


Laurie 16/09/2008 18:47

J'ai deja lu un livre de cet auteur (Satane Dieu !) que j'avais bien aime ! Je pense que je me laisserai tenter quand meme par ce livre histoire de me faire aussi ma propre opinion !

S.L. 17/09/2008 12:30


Tu as raison.


sylire 16/09/2008 18:31

J'ai vraiment envie de le lire pour me faire ma propre opinion.

S.L. 17/09/2008 12:30


Tout à fait !!! D'ailleurs les opinions sont très partagées sur ce petit roman !


Karine 16/09/2008 03:22

Comme je côtoie souvent des parents d'enfants handicapés, je suis curieuse de voir ce que je vais penser de ce roman... un jour, quand je le lirai!

S.L. 17/09/2008 12:28


Oh peut-être pas grand'chose...


cathe 15/09/2008 22:29

Je viens aussi de le lire (voir le billet sur mon blog) et moi j'ai été très émue au contraire, et plus encore en y pensant après. Mais Emeraude, par exemple, a eu la même réaction que toi.... Ce texte sera sans doute très controversé !

S.L. 15/09/2008 23:03


Oui, ou peut-être pas lu dans la même disposition d'esprit, le même contexte, etc...