Le Golem ** à ***/ Gustav Meyrink (1915)

Publié le par S.L.

Titre original : Der Golem

Roman traduit de l’allemand par Denise Meunier

 

Rêve, illusion ou réalité ? Au cœur du ghetto de Prague, un certain Athanasius Pernath entraîne le lecteur au coeur d'une aventure étrange, côtoyant Charousek, un étudiant en médecine assoiffé de haine envers un brocanteur juif richissime dont a peur Angelina, une riche jeune femme mariée, le sage et saint Hillel et sa fille si belle, Mirjam, en quête de miracles, une histoire dont il n'est pas sûr qu'il sortira indemne... Va-t-il se réveiller ? Est-il un autre homme en train de rêver ? Est-il fou ? Ou serait-ce lui le Golem, cette créature de glaise dont la légende terrorise les habitants de Prague ?

 

«  Un sombre soupçon m’avait alors envahi : et si à la fin de notre vie nous étions un peu comme ces débris de papier ? N’est-ce pas quelque « vent » invisible, mystérieux, qui nous pousse ici ou là, et commande nos actes, cependant que dans notre naïveté nous croyons jouir de notre libre arbitre ? » (p. 37) 


Un premier roman, et Gustav Meyrink publie ce qui reste ni plus ni moins un pur chef-d'oeuvre de la littérature fantastique. Tout y est : le franchissement de la frontière entre le rêve, l'illusion ou encore la folie, la récupération romanesque d'une légende juive selon laquelle un être, le Golem, aurait été modelé dans la glaise par les mains d'un rabbin et mû par une formule magique écrite sur un parchemin glissé dans sa bouche. Fantastique qui rime avec écriture poétique, laquelle trouble le lecteur et crée l'atmosphère mystérieuse qui imprègne les maisons aux étroites fenêtres pour lesquelles on ne trouve pas toujours les pièces correspondantes, les sombres ruelles et les cellules où le temps n'existe plus. Fantastique, poétique, mystique aussi car on sent bien que la science ne répond pas à toutes les questions, que l'illusion, l'inexplicable triomphent ici.
Un classique à découvrir absolument ou à relire, car il ne perd rien de sa force à la seconde lecture.


MEYRINK, Gustav. – Le Golem / trad. De l’all. Par Denise Meunier. – Marabout, 1985. – 247 p.. – ISBN : 2-501-00723-9.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

villemin 14/03/2010 11:34


Roman avec Golem.  2010 de jean Villemin : http://www.unibook.com/fr/Jean-Villemin/Roman-avec-Golem
Il y a un lien entre l'histoire du Golem, créature d'argile qui vivait dans les combles de la Synagogue Vieille-Nouvelle de Prague, des chaussures abandonnées le long de l'autoroute
E51, le poil de martre kolinsky dont on fait les pinceaux, la Ronde de Nuit, tableau de Rembrandt Harmenszoon van Rijn. Ce fil ténu commence par une histoire d'auréole sur le mur d'une synagogue en
Lorraine, histoire brisée par l'explosion d'un obus de la Deuxième Guerre oublié dans la terre glaise, traverse Berlin-Est Unter den Linden 6 et se terminera dans un grenier poussiéreux dans une
ruelle qui n'existe plus.

Artiste plasticien.Travaille en équipe avec Pierre Villemin comme réalisateur : www.pierreetjeanvillemin.fr



La liseuse 15/08/2008 17:02

Alors c'est un livre fait pour moi ! En plus, je n'ai jamais rien lu sur cette créature qu'est le golem. Raison de plus pour le lire. Merci

S.L. 15/08/2008 18:54



Cest moi, c'est bien le but de ce blog de faire partager des lectures susceptibles de vous intéresser.