Stigma *

Publié le par Essel

Stigma * / Kazuya MINEKURA


511vSqMh9UL.-AA240-.jpg

Dans un monde apocalyptique, dans lequel le ciel bleu et les oiseaux ont disparu, un jeune homme amnésique revenant à lui dans une décharge, avec une mallette pleine de billets et un corps couvert de vieilles cicatrices, sillonne les villes à la recherche de son ancienne identité, qu'il découvre multiple et inquiétante. Il rencontre un jeune garçon pour lequel il se prend d'affection, qui rêve de voir un jour un oiseau...


Voilà un manga qu'une grande lectrice adolescente m'a prêté et vivement conseillé.

Il se caractérise par deux particularités : il se résume à un seul volume ; ses illustrations, EN COULEURS sur papier quasi-glacé, font songer à la qualité d'impression des comics actuels.
Ces deux traits caractéristiques énoncés, qu'avons-nous ? Une histoire surgie d'un monde post-apocalyptique (récurrent dans les mangas), duquel toute poésie a disparu (ciel bleu et oiseaux), empreint de nostalgie, et articulée autour de trois personnages : un jeune homme énigmatique au lourd passé, un autre qui semble être son "gourou" maléfique (le diable ?), et un jeune garçon plein de rêves et de confiance envers son nouvel ami. Certaines références sont troublantes, telle la nature de ces rapports entre les deux hommes mais aussi entre le protagoniste et le garçon, et surtout chrétiennes, tels cette crucifixion passée du personnage principal et ce titre Stigma pour stigmates (infligées lors de la crucifixion) ou pour
les deux lettres sigma et tau écrites côte à côte : ϛʹ = στʹ = 6. (Exemple célèbre : le nombre de la bête est, dans l'Apocalypse de Jean, noté χξϛʹ (khi, xi, stigma), qui représente la valeur 666). Pour tout dire, ce manga d'atmosphère très original m'a mise mal à l'aise, même si l'auteur a justement su faire surgir de la poésie de ce monde sombre et mélancolique.

Ki-oon, 2007.

Publié dans Mangas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
J'aime bien le fait que ce soit en un seul volume ... on sait qu'on ne va pas embarquer dans une histoire sans fin qui va s'étirer sur des années :) Je note pour mon prochain passage à ma boutique de mangas !
Répondre