In the Mood for love *

Publié le par S.L.

In the Mood for love / Jean-Christophe Ferrari (2005)
Voici l'étude cinématographique du film In the Mood for love de Wong Kar-Wai par l'un des membres du comité de rédaction de la revue Positif. Cette analyse est découpée en 4 chapitres, ponctués de photogrammes à l'appui des interprétations des séquences :
  1. Le motif du secret
  2. Le pourquoi de l'échec de la relation entre Maggie Cheung et Tony Leung
  3. Les multiples visages de la répétition
  4. Le problème du rapport entre In the Mood for Love et 2046.
Une analyse fine et intelligente du film, même si je n'adhère pas à certaines  interprétations faites.  Une étude d'un niveau de haut vol.

Mes notes et prolongements :
  1. ouverture du film lorsque le premier geste de Maggie Cheung consiste à ouvrir la fenêtre. Allégorie du Bouvier et de la Tisserande. Film non pas vue mais ENTREVU par les spectateurs : vitres, voilages,... Erotisme du film : rythme binaire + scansion visuelle : surfaces lisses (couloirs carrelés, formicas du restaurant,...) // surfaces rugueuses (murs rongés par l'humidité de la rue) ; images dures et froides (bureaux) // humides et chauds (la vapeur du marchand de nouilles) ; figure féminine : pluie sur ses bras, tissu de soie moirée, des corps qui se frôlent mais ne se rencontrent pas. Une main qui accepte à la fin d'être touchée par l'autre.
  2. Histoire d'un renoncement, d'une histoire d'amour qui ne parvient pas à se réaliser (p.51) parce qu'elle n'arrive même pas à commencer (p. 52). Aucune réalité complète, aucune figure achevée. Les décors (p. 53-54) : tous les extérieurs maladivement vides (les rues, les trottoirs, la voiture sans chauffeur,...) // les intérieurs grouillant des témoins embarrassants.
  3. Répétition des scènes : passages dans l'escalier, allées et venues pour acheter le dîner. Répétitions de scènes vécues par d'autres : repas au restaurant, aveu... Répétition des toilettes : même forme, couleurs et détails changent. Mise en abime des acteurs jouant le rôle de leurs époux dans le film : ils répètent ce qu'ils croient avoir lieu et de fil en aiguille en éprouvent toutes les sensations. Les passages avec les personnages secondaires ont pour fonction de donner un effet de réel.

Publié dans Arts

Commenter cet article