La joie * / MO YAN

Publié le par Essel

Traduit du chinois par Marie Laureillard

21pQI5QmfnL.-AA115-.jpg
Fils de paysans pauvres, vivant avec sa mère dans la famille de son frère aîné qui pourvoit au financement de ses études, le héros, surnommé Yonglé, "Joie éternelle", tente chaque année l'examen d'entrée à l'université, qui lui assurerait un avenir prometteur. Mais, une fois de plus, il manque l'examen, aussi commence-t-on à l'envoyer passer des litres d'insecticides dans les champs, et envisager son mariage avec une boîteuse dont personne ne veut. Un jour, il surprend sa mère en train de mendier de maison en maison...

Voici un texte très poétique tout en décrivant de manière abrupte les dures réalités de la destinée d'un garçon dans la campagne chinoise, les manières expéditives et inhumaines employées par le Comité du village pour enrayer la natalité, des conditions de vie des paysans pauvres. Attention, la chute peut paraître à bien des égards ambigüe pour des adolescents, car le héros ne ressent enfin cette allégresse, cette joie promise par le titre, qu'en se sentant partir, qu'en se suicidant...

Lire aussi l'article de rue89

L'écrivain chinois Mo Yan, les examens et la "Joie éternelle" par Bertrand Mialaret (Consultant à Paris), le 21/11/2007 à 09H57. 


MO YAN.- La joie / trad. du chinois par Marie Laureillard. - Picquier, 18 octobre 2007. - 180 p.. - ISBN : 978-2-87730-968-4 : 16,50 €.

Publié dans Littérature chinoise

Commenter cet article