Ni d'Eve ni d'Adam */ Amélie Nothomb

Publié le par Essel


nidevenidadam.jpg

"Le moyen le plus efficace d'apprendre le japonais me parut d'enseigner le français" (Incipit, p. 7), qui plus est entamer avec cet élève japonais une relation qui, d'amicale, devient amoureuse...

On retrouve Amélie dans la reprise de sa biographie, cette fois située chronologiquement bien après Métaphysique des tubes et Biographie de la Faim et juste avant Stupeur et tremblements. Elle aura d'ailleurs bientôt épuisé cette ressource, si rien de plus excitant ne lui est arrivé depuis.

L'effet Amélie Nothomb s'est quelque peu éventé. On suit les découvertes d'Amélie Nothomb au pays nippon sans réel plaisir, jusqu'aux deux tiers du roman. La fameuse s-cène de l'hôtesse au milieu des onze convives éveille un peu l'intérêt, suivie par cette odyssée en pleine montagne qui lui fait dire :

"Dorénavant, parmi les nombreux autres qui m'habitent, il y aura la pauvresse de la montagne. Il y aura aussi Zarathoustra dansant avec le mont Fuji sur la ligne de faîte. Je serai toujours tous ceux-là, en plus de ce que j'étais."
(p. 187-188).

A cette réflexion bien sentie s'ajoute aussi cet éloge de la fuite :

"La fuite donne la plus formidable sensation de liberté qui se puisse éprouver." (p. 233-235)

Voilà tout. J'ai reposé le roman, me disant qu'il m'avait moins déçu que le précédent, mais qu'il n'avait pas suffi à susciter
en moi quelque émotion, même un sourire.

NOTHOMB, Amélie. - Ni d'Eve ni d'Adam. - Albin Michel, 2007. - 244 p.. - ISBN : 978-2-226-17964-7 : 17,90 €.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Ne nous laissez pas avoir par la popularité de mademoiselle Nothomb, ayant beaucoup lu ces premiers romans (c'est vrai, après on les oublie assez vite), je me suis fait une overdose et j'ai laissé tombé les derniers sortis. Puis j'ai relu A.Nothomb avec ce dernier, qui est exceptionnellement long, mais vraiment délicieux, très inventif. Jouant avec les mots, la sémantique, le choc des civilisations, j'ai trouvé là un très bon Nothomb! Elle est quand même moins triste que le reste de la "rentrée littéraire" automne 2007, mon Dieu "Chagrin d'école", mais il faut préparer ses mouchoirs! 
Répondre
S

Les avis sont effectivement partagés pour ce dernier roman, lequel ne me laissera pas un souvenir impérissable, loin de là.


A
Je n'ai jamais lu cette auteure. Je ne sais pas pourquoi mais je fais un blocage :(
Répondre
B
J'ai lu Le sabotage amoureux et Stupeurs et tremblements. Amélie Notomb a un style très particulier, aussi bien au niveau de l'écriture que dans son comportement.. Elle a une certaine notoriété mais je trouve qu'elle joue trop "au personnage" et que du coup elle devient trop prétentieuse. Ce côté "pompeux" influe, selon moi, de façon négative sur sa façon d'écrire. Donc, moi- aussi, j'attendrai que le livre soit à la bibliothèque.
Répondre
F
Comme Naina, je vais attendre son entrée à la biblio...
Répondre
N
J'avais beaucoup aimé "Stupeurs et tremblements". Ce dernier roman me tente moins, je vais attendre de voir si la bibliothèque l'achète.
Répondre
E
C'est ce que j'aurais dû faire ....