L'écran déchiré

Publié le par S.L.

** L’écran déchiré / Christian ROME.



Jeune réalisateur au talent prometteur à Hollywood, Paul Anderson voit sa vie basculer en cet été 1952 en plein maccarthysme, lorsqu’il commence sérieusement à être inquiété par le comité aux activités anti-américaines. Une seule solution s’offre à lui : quitter comme tant d’autres artistes et intellectuels le sol américain. Après une escale à Londres, il échoue à Marseille, où au premier faux pas il se fait l’ennemi d’une petite frappe. Sur les conseils de son ami Agop, il tâche alors de se faire oublier en partant en Italie quelque temps avec Odile, dont il est tombé amoureux, et à qui il fait connaître le milieu de La Cinecittà…
Après La Danse du Jaguar, ce second roman de Christian Rome évoque sa passion pour le cinéma, en cette atmosphère pleine de suspiscion de l’après-guerre : de grands noms sont croisés, les lieux mythiques fréquentés. Un excellent choix donc que cette période trouble où chaque artiste, chaque intellectuel, était tenu d’adopter une position : marcher au pas en trahissant collègues et amis, ou s’engager. Où le milieu marseillais grouillant de petites frappes inspirait moulte scénarii. Où Fellini avait laissé ses empreintes fraîches à la Cinecittà. Un très bon roman d’une petite maison d’édition, dans lequel s'entrecroisent les souvenirs et les regards du réalisateur et du jeune fils d'Odile, passionné à son tour de cinéma.

ROME, Christian. – L’écran déchiré. – Editions Bérénice, 2004. – 180 p.. – ISBN : 2-911232-54-2 : 12 €.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article