Le monde inverti**

Publié le par S.L.

Science-fiction


Le monde inverti / Christopher PRIEST

Incipit : « J'avais atteint l'âge de mille killomètres. De l'autre côté de la porte, les membres de la guilde des Topographes du Futur s'assemblaient pour la cérémonie qui ferait de moi un apprenti. Au-delà de l'impatience et de l'appréhension de l'instant, en quelques minutes allait se jouer ma vie."

Helward Mann, ce jeune homme sans histoire âgé de mille kilomètres, vient de quitter la crèche pour devenir apprenti de la Guilde des Topographes du Futur. Le soir-même il est fiancé. Et le lendemain, pour la première fois de sa vie, il sort de la Ville, assiste à l'aurore et foule le sol de ses pieds. Au fur et à mesure de son apprentissage, il apprend que seules les Guildes sont chargées d'assurer le déplacement sans heurt de la Ville, appelée Terre, à travers le monde extérieur vers l'Optimum. Mais pourquoi laisser les femmes et enfants dans l'ignorance ? Pourquoi ne pas immobiliser la Ville une fois pour toutes ?

Christopher Priest a d'abord recours aux procédés du roman d'apprentissage pendant plus de la première moitié du roman, pour nous faire découvrir progressivement, et bien trop lentement, le système imaginé. Puis, dès que l'expédition vers le sud touche à sa fin, le rythme s'accélère enfin, accumulant révélations sur un monde inverti obéissant à des règles mathématiques et physiques extraordinaires, retournements inattendus de situations et de visions du mondes, nous laissant pantois d'admiration pour ce roman savamment construit. Et j'arrête là mes commentaires avant d'en dévoiler davantage ! Ecrit en 1974, "Le Monde Inverti" constitue au final un excellent roman de SF, ne brillant certes pas par son style, mais par l'originalité de ses idées et par son évidente résonnance à maintes notions philosophiques.

PRIEST, Christopher. – Le monde inverti. – Gallimard, 2004. – 387 p.. – ISBN 2-07-042149-X.

Commenter cet article

clochette 19/05/2006 14:18

Du même auteur je te recommande "La séparation" prix de l'imaginaire 2005 à Nantes dans la catégorie roman étranger (cf mon compte rendu de lecture sur mon blog).